Reportage Télématin – L’emballage : un secteur qui cartonne

AFI-LNR - Actualités - Reportage Télématin

Présenté par : Laurent Bignolas / Chroniqueuse : Sophie Pignal

Le secteur de l’emballage / conditionnement est aujourd’hui le huitième secteur industriel en France avec 1500 entreprises et plus de 11 500 salariés. La France se place comme troisième exportateur mondial d’emballages avec un chiffre d’affaire de 23 milliards d’euros.

En 2015, le marché de l’emballage en France enregistrait un chiffre de 18 milliards d’euros. La croissance est donc bel et bien au rendez-vous. L’emballage est un secteur d’avenir et d’innovation du fait des nouveaux modes de consommation (e-commerce) et des nouvelles exigences en matière de développement durable : les consommateurs attendent des emballages recyclables et respectueux de l’environnement.

Autre développement essentiel : l’emballage connecté qui ouvre de nouveaux horizons, dans l’agroalimentaire par exemple où la traçabilité devient la norme.

Les écoles et CFA croulent sous les demandes de recrutement de la part des entreprises. En effet, 50% des offres de contrat d’apprentissage ne sont pas pourvues, par manque de candidats, particulièrement sur les niveaux bac Pro et BTS. Il est vrai que les métiers sont mal connus.

Reportage réalisé au CFA AFI-LNR situé 18, rue Alfred Kastler à 76130 Mont-Saint-Aignan.

Ce CFA existe depuis une trentaine d’année, il a été créé pour former en alternance les jeunes et les adultes en reconversion professionnelle. Ici on prépare des diplômes allant du CAP au BTS.

Un CFA bien équipé, avec un labo qui reprend la fabrication de la pâte à papier. Les métiers les plus demandés sont les métiers d’opérateurs, opérateurs de machines traditionnelles, opérateurs de machines à commandes numériques. Des métiers auxquels on peut accéder dès le CAP ou le bac professionnel.

On recherche aussi beaucoup de concepteurs, des techniciens de maintenance également pour l’entretien des machines, et naturellement comme un peu partout, des commerciaux. Il n’y a pas de problème d’insertion professionnelle. 75 à 80% des jeunes décrochent un emploi dans l’année qui suit leur sortie du CFA. Il est par ailleurs possible d’évoluer, la profession a développé un cursus de formation qui va du CAP au diplôme d’ingénieur.

La formation continue offre aussi la possibilité de compléter sa formation.